La consommation de tabac en baisse

02 juin 2017

Société

Après la hausse du prix du tabac de 30 %, la consommation a reculé de 6 % en 2016.

Après la hausse du prix du tabac de 30 %, la consommation a reculé de 6 % en 2016.

À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac (JMST), observée chaque 31 mai depuis 1988, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, via l’Agence sanitaire et sociale (ASS-NC), a lancé ce mercredi une nouvelle campagne de prévention. Objectif, confirmer la baisse de consommation qui se dessine depuis deux ans.

« Le tabac, une menace pour le développement » : cette année, à travers le thème de la JMST retenu, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne la façon dont le tabac met en péril le développement durable des nations. Elle appelle les gouvernements à appliquer des mesures de lutte fortes : interdiction du marketing et de la publicité pour le tabac, conditionnement neutre des paquets…

L’objectif est aussi, d’ici à 2030, de réduire d’un tiers le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles, notamment les maladies cardiovasculaires, le cancer et la pneumopathie obstructive chronique. Car le tabac tue plus que toutes les drogues légales et illégales, les accidents de la route et les suicides réunis.

En Nouvelle-Calédonie, la JMST 2017 donne aussi le coup d'envoi de la campagne de prévention lancée par le gouvernement, comme chaque année, à travers l'Agence sanitaire et sociale (ASS-NC). Celle menée en 2016 par l’ASS-NC s’est appuyée sur la hausse du prix du tabac de 30 % décidée en octobre 2015, en l’associant aux bénéfices, notamment économiques, d’un arrêt. « L’objectif était de faire prendre conscience au fumeur de l’importance de ce poste budgétaire, et de lui faire imaginer à quelles autres activités (loisirs, sport, bien-être…) il pourrait employer l’argent épargné », note Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge de la santé, de la jeunesse et des sports.

Une nouvelle augmentation du prix du tabac ?

L’étude d’impact réalisée trois mois après cette campagne a démontré qu’elle avait largement atteint sa cible, plus de la moitié des fumeurs se souvenant du message, 42 % d’entre eux ayant changé leur comportement, 26 % diminué leur consommation, 15 % projeté d’arrêter et 1 % arrêté de fumer. Suite à la hausse de 30 %, le chiffre d’affaires de la Régie des tabacs a baissé de 6 % par rapport à 2015. Et il continue de reculer en 2017, tout comme la consommation : - 8 % sur les cigarettes européennes, - 9 % sur les autres cigarettes, - 5 % sur les cigares, mais à peine 1 % sur le tabac à rouler, prochaine priorité du gouvernement. Par ailleurs, le paquet de cigarettes pourrait à nouveau augmenter, en fin d’année, pour franchir le cap des 50 % de hausse des taxes sur le prix du tabac, conformément à l’objectif fixé par l’OMS. Valentine Eurisouké l’annonce : « Les bénéfices de ces augmentations seront orientés vers des politiques de promotion de la santé ».

 

dsc_0349-web.jpg

Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge de la santé, de la jeunesse et des sports.

 

 

La campagne 2017

En 2016, six affiches, dont le cochon rose symbolisant une tirelire constituait le fil directeur, ont été diffusées dans les établissements de santé, les enceintes scolaires, sportives et culturelles et les institutions publiques. Chacune pointait les économies réalisables grâce à l’arrêt du tabac : 3 jours sans cigarettes équivalent à un gain de 2 000 F ; une semaine sans tabac et je peux m’offrir un mois d’abonnement à la 4 G, un aller-retour aux Loyauté au bout d’un mois, un vélo après 3 mois d’arrêt, un ordinateur ou un voyage dans le Pacifique à l’issue de 6 mois et un booster après un an d’abstinence !

Cette année, une nouvelle affiche reprenant les six visuels précédents a été créée. Elle a été distribuée dans les cabinets médicaux et la plupart des lieux d’attente du public. Un dépliant intitulé « Que vous coûte le tabac ? » sera confié en complément des affiches à la vingtaine de partenaires (provinces, vice-rectorat, CHS, DDEC, Cafat, Ligue contre le cancer, SOS Écoute, Maison de l’étudiant, Ifap, CTOS, Association Vivre sans dépendance, UFC Que Choisir…). L’ASS-NC a également prévu un spot TV et un spot radio, des insertions dans la presse et divers magazines, ainsi que des panneaux 4 x 3 à Nouméa et Koné, et bien sûr une page Facebook – jmst.nc – qui permettra de relayer les messages de la campagne et surtout de valoriser l’ensemble des initiatives de terrain. Tous les partenaires de l’ASS-NC fourniront des images, vidéos ou commentaires de leurs actions.

Voir aussi www.ass.nc

 

tabac.jpg

 

 

Les chiffres qui tuent

  • Près de 6 millions de personnes meurent chaque année de tabagisme, première cause de décès évitables dans le monde. Plus de 600 000 de ces décès
  • dont 130 000 enfants
  • sont dus à la fumée passive.
  • Le tabac est responsable de 20 % de tous les cancers et de 70 % des cancers du poumon. Un fumeur sur deux meurt prématurément en raison de son tabagisme.
  • La fumée du tabac contient plus de 4 000 produits chimiques, dont au moins 250 connus pour leur nocivité, et plus de 50 pour leur effet cancérogène.

En Nouvelle–Calédonie

  • Environ 200 fumeurs décèdent chaque année de leur tabagisme.
  • Entre 18 et 34 ans, plus d’1 personne sur 2 consomme du tabac.
  • Le nombre moyen de cigarettes consommées par les fumeurs quotidiens est de 11,5.
  • Plus de 80 % des fumeurs veulent arrêter et plus de 80 % d’entre eux ont déjà essayé au moins une fois.