L’entreprise s’adapte au handicap

10 août 2018

Social

Cet appel à projets s’insère dans le plan emploi handicap du gouvernement, sujet central du schéma directeur du handicap et de la dépendance en cours d’élaboration.

Cet appel à projets s’insère dans le plan emploi handicap du gouvernement, sujet central du schéma directeur du handicap et de la dépendance en cours d’élaboration.

Christopher Gygès, membre du gouvernement notamment en charge du handicap, a présenté à la presse, jeudi 9 août, le premier appel à projets pour la création d'entreprises adaptées aux personnes en situation de handicap.

« C’est en travaillant tous ensemble qu’on a pu créer des outils efficaces. » Christopher Gygès, en charge du handicap au gouvernement, s’est entouré de représentants du Collectif-Handicaps et des organisations patronales pour annoncer le lancement du premier appel à projets pour la création d'entreprises adaptées (EA) aux personnes en situation de handicap.
Une entreprise adaptée se distingue d’un centre d’aide par le travail (CAT), qui relève des centres médico-sociaux. L’EA est une entreprise qui relève du code du travail de la Nouvelle-Calédonie et s’efforce de créer des conditions d’emploi adaptées aux travailleurs handicapés. Elle emploie 20 % de personnel valide et 80 % de personnes en situation de handicap, aptes au travail mais n’ayant pas trouvé accès à l’emploi.

Obligation d’emploi

Pour Valérie Zaoui, du Medef, « c’est un levier supplémentaire à la disposition des entreprises pour répondre à leurs obligations d’emploi. Celles qui ne peuvent embaucher en direct une personne en situation de handicap pourront se tourner vers les entreprises adaptées ». En effet, la loi 2009.1 du 7 janvier 2009 a créé l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés à tous les employeurs publics ou privés qui embauchent plus de 20 salariés ou agents. Les EA, qui interviennent sous la forme de contrats de sous-traitance ou de mises à disposition de personnels, permettront ainsi aux entreprises, aux établissements des fonctions publiques et aux collectivités territoriales de s’acquitter jusqu’à hauteur de la moitié de leur obligation d’emploi de personnes handicapées.

100 postes

Du côté des personnes en situation de handicap, les EA offrent une réponse à un besoin criant d’emploi. André Martin, membre du Collectif-Handicaps et du Conseil du handicap et de la dépendance (CHD), souligne qu’elles « ouvriront des portes à tous ceux qui cherchent un emploi ». L’objectif est de créer 100 postes en entreprises adaptées d’ici à cinq ans. « C’est un réel outil d’insertion », reconnaît Myriam Margaron, de la CPME, et « une porte ouverte sur la vie ordinaire », appuie Catherine Poédi, du Collectif-Handicaps.
« C’est un vrai panel de solutions qu’on essaie de développer », ajoute Christopher Gygès. Parmi elles, le site internet handicap.nc mettra l’accent sur l’emploi et une campagne de communication grand public visera à changer le regard sur le handicap au travail.

L’entreprise adaptée en pratique
L’EA reçoit un agrément qui ouvre droit à un accompagnement financier. Complémentaire des aides provinciales à l’initiative économique, l’aide se traduit par une prise en charge, par le Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, des cotisations patronales obligatoires dues au titre de l’emploi de salariés handicapés. L’EA est également éligible aux aides à l’aménagement du poste de travail accessibles à toute entreprise de droit commun.
Les documents de l’appel à projets sont disponibles sur le site internet de la direction du Travail et de l’Emploi : www.dtenc.gouv.nc
Les porteurs de projets ont jusqu’au 31 mars 2019 pour déposer leurs dossiers. Leur instruction sera menée par le Conseil du handicap et de la dépendance (CHD), en lien avec la DTE et la province concernée.
Pour tout renseignement : Conseil du handicap et de la dépendance, tél. : 26 44 80, chd@gouv.nc

Les chiffres du handicap
En Nouvelle-Calédonie, 6 830 adultes sont reconnus en situation de handicap par la Commission de reconnaissance du handicap et de la dépendance (CRHD, chiffre de 2017). Parmi eux, 3 500 ont la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Ils représentent 52 % de la population d’adultes en situation de handicap. Ramenée à la population reconnue en situation de handicap en âge de travailler, cette proportion passe à 55 %.