Plus de 400 Calédoniens reçus chaque année au centre santé et voyages

15 novembre 2016

Société

La campagne du centre santé et voyages se décline en trois affiches faisant écho aux continents africain, asiatique et américain où sévissent des maladies telles que la fièvre jaune, la rage, le paludisme, la diarrhée du voyageur, etc.

La campagne du centre santé et voyages se décline en trois affiches faisant écho aux continents africain, asiatique et américain où sévissent des maladies telles que la fièvre jaune, la rage, le paludisme, la diarrhée du voyageur, etc.

Le centre santé et voyages vient de lancer une campagne d’affichage dans les cabinets médicaux et les pharmacies du territoire. Objectif : sensibiliser les Calédoniens à la préparation sanitaire de leurs séjours à l’étranger.

Depuis 2013, le centre santé et voyages (CSV) de la direction des Affaires sanitaires et sociales de la Nouvelle-Calédonie (DASS) propose des consultations gratuites, sur rendez-vous, aux personnes préparant un déplacement hors de la Nouvelle-Calédonie. « Le CSV a été créé suite à la décision de l’Institut Pasteur d’arrêter son activité de vaccination contre la fièvre jaune, explique le Dr Martine Noël qui coordonne la structure. Il est aujourd’hui l’unique centre de vaccination internationale, habilité localement à stocker et à administrer les vaccins contre cette maladie et à délivrer le certificat international de vaccination contre la fièvre jaune, exigé aux frontières de certains pays. Il est aussi le seul centre antirabique de Nouvelle-Calédonie, proposant vaccins et injections d’anticorps (immunoglobulines) après une exposition à cette maladie à l’étranger. On y trouve aussi d’autres vaccins du voyageur, difficiles à se procurer ailleurs, comme celui contre l’encéphalite japonaise, par exemple. »

Un espace de prévention dédié aux voyageurs

« Mais être vacciné ne suffit pas, poursuit le Dr Noël. Pour voyager en bonne santé, nous dispensons aussi de nombreux conseils aux voyageurs afin de leur apprendre, ou de leur rappeler, comment se protéger de certains risques et réagir en cas de problème de santé. » Cette mission constitue en effet le cœur de la consultation, menée en équipe par une infirmière et un médecin. « L’objectif est de délivrer des conseils personnalisés en fonction de la destination, des activités prévues et de l’état de santé du voyageur (malade chronique, enfant, femme enceinte, etc.) ».

Animé par trois médecins, trois infirmières et deux pharmaciens de la DASS, le CSV fait aussi appel à deux médecins libéraux pour des vacations et s’appuie sur un réseau de spécialistes (pédiatre, allergologue, centre 15, etc.) pour les situations difficiles. « Notre vocation n’est pas de nous substituer aux médecins libéraux qui peuvent tout à fait conseiller leurs patients avant un voyage, mais de répondre aux consultations longues (expatriés, longs voyages, humanitaires, etc.) ou de pallier l’absence de médecin traitant, et d’être un référent pour répondre aux questions des professionnels. »

Les vaccins sont facturés aux voyageurs à prix coûtant ; l’acte vaccinal et la consultation sont gratuits.

Les problèmes de santé les plus courants

Les plus fréquents sont la diarrhée des voyageurs, les accidents de transport et les décompensations de maladies chroniques. Avoir une assurance voyage et savoir réagir à l’un de ces problèmes est fondamental.

Gare à la rage !

Absente de Nouvelle-Calédonie, cette maladie très répandue dans le monde tue chaque année 55 000 personnes. Elle est transmise par la salive d’animaux infectés : morsure, griffure, léchage d’une muqueuse ou d’une plaie, par un chien, un chat, un singe, une chauve-souris, etc. Après une contamination, les premiers signes peuvent apparaître en un à trois mois. « En Australie, la rage de la chauve-souris sévit toujours, prévient le Dr Noël. Et à Bali, destination prisée des Calédoniens, attention aux singes ! » Il est donc conseillé d’éviter tout contact avec ces animaux. En cas d’exposition, savonnez la plaie pendant au moins 15 minutes, puis désinfectez-la et consultez un centre de santé en moins de 48 heures pour recevoir des vaccins post-exposition et éventuellement des anticorps. Être vacciné en préventif allège considérablement la prise en charge en cas d’exposition. « À votre retour en Nouvelle-Calédonie, contactez le CSV pour mettre en place la suite des soins. » Lourd et très coûteux, ce traitement a déjà été dispensé par le CSV à 22 patients au cours des trois dernières années.

Emportez vos propres médicaments

« Acheter des médicaments à l’étranger, c’est prendre un risque », explique Frédérique Ducrocq, pharmacienne inspectrice de la DASS. Le système de santé français prévoit en effet, y compris en Nouvelle-Calédonie, un contrôle strict et une réglementation précise des médicaments, de leur fabrication à leur vente. « Ce qui n’est pas le cas à l’étranger. Dans certains pays, on peut être confronté à des contrefaçons. En Afrique, jusqu’à sept médicaments sur dix sont contrefaits ». Les patients atteints de maladie chronique devraient partir avec une semaine de médicaments supplémentaire à la durée du voyage, et les répartir entre leur valise et leur bagage à main. 

Le CSV est ouvert de 12 heures à 16 heures, le mercredi et le vendredi.

Les consultations ont lieu sur rendez-vous, au service des actions sanitaires de la DASS, 5 rue Gallieni, à Nouméa. Tél. : 24 37 18 ou 24 37 00. Email : csv@gouv.nc

Liens utiles