À l’école de la bonne santé

20 octobre 2017

Société

Le professeur Jourdan (à gauche) aux côtés des équipes de la DENC et de l’ASS-NC en charge du plan Do Kamo et du projet éducatif.

Le professeur Jourdan (à gauche) aux côtés des équipes de la DENC et de l’ASS-NC en charge du plan Do Kamo et du projet éducatif.

À la croisée des chemins du projet éducatif et du plan de santé Do Kamo, le thème de l’éducation pour la santé en milieu scolaire a fait l’objet de deux conférences animées par l’expert Didier Jourdan. Destinées notamment aux acteurs de l’enseignement, ces rencontres organisées par la direction de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) et l’agence sanitaire et sociale (ASS-NC) ont fait salle comble.

Universitaire et chercheur spécialisé dans la prévention, la promotion de la santé et l’éducation à la santé, le professeur Jourdan a animé deux conférences, jeudi 14 et vendredi 15 septembre. La première s’est déroulée à l’Institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie (IFM-NC), à l’intention des inspecteurs et conseillers pédagogiques de la DENC, sur le thème  « Éducation pour la santé ».

Le lendemain, il s’est exprimé à l’Université de la Nouvelle-Calédonie au sujet de la santé en milieu scolaire, face à un public composé de professionnels de santé, de membres du corps enseignant, de représentants du milieu du sport ou encore d’étudiants. L’amphithéâtre était bondé, signe de l’intérêt que suscite ce sujet en Nouvelle-Calédonie où les comportements à risques (consommation d’alcool, de kava et de cannabis notamment) et l’obésité progressent parmi les jeunes, à l’heure où le pays déploie son projet éducatif et s’apprête à se doter du plan de santé Do Kamo.

 

_dsc5729_web.jpg

Valentine Eurisouké et Hélène Iékawé ont introduit la conférence du Pr Jourdan à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, vendredi 15 septembre.

 

Une gouvernance partagée de la santé scolaire

Présentes vendredi à l’Université, les membres du gouvernement en charge respectivement des secteurs de l’enseignement et de la santé, Hélène Iékawé et Valentine Eurisouké, ont souligné l’importance accordée à la santé en milieu scolaire, la décrivant unanimement comme « un enjeu de premier ordre », « une question primordiale » et « une condition de la réussite scolaire et de l’épanouissement des élèves ».

Du projet éducatif au plan Do Kamo, santé et école se font en effet écho. « La santé constitue l’un des objectifs du projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie qui vise à créer, au sein des établissements, un climat favorable au bien-être des élèves, a rappelé Hélène Iékawé. L’école forme les futurs citoyens, mais ces citoyens doivent avant tout être en bonne santé. »

« Mener une politique de promotion de la santé à l’école c’est aussi, pour l’avenir, davantage de productivité et moins de dépenses de santé, a ajouté Valentine Eurisouké.

École et santé doivent être considérées conjointement, c’est pourquoi une initiative de gouvernance partagée de la santé scolaire est en construction. » Les équipes en charge du plan de santé Do Kamo et du projet éducatif travailleront désormais main dans la main.

Former et encadrer

« Je suis très satisfait que ce que j’ai vu en Nouvelle-Calédonie, a conclu le Professeur Jourdan à l’issue de ces deux journées de conférence. Les équipes enseignantes sont très engagées et surtout, elles ont compris la clé : il faut se centrer sur les enfants, leurs besoins et les déterminants de leur santé, dans une dimension de parcours de vie. »

À l’image du plan Do Kamo, cette vision qui replace l’homme au centre du dispositif s’attache à développer chez les élèves « les compétences nécessaires aux choix responsables ».

Mais du chemin reste à parcourir. « La marge de progression de la Nouvelle-Calédonie est la même que dans la plupart des pays, a terminé l’expert. Il faut former et accompagner les acteurs de l’enseignement ; et se doter d’un texte, d’une règle du jeu partagée par les secteurs de l’enseignement et de la santé afin d’encadrer les actions menées au sein de leur partenariat. »

 

Le docteur Didier Jourdan

Enseignant chercheur, il a été directeur de l’École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) de Clermont-Ferrand. À l’initiative de la création du réseau des universités pour la recherche et la formation en éducation à la santé (UNIRES), il a notamment été mandaté par les ministres Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine pour la rédaction d’un rapport sur la santé des enfants et des adolescents en milieu scolaire.

Au niveau international, il a été coprésident du comité scientifique de la conférence de haut niveau de l’OMS à Paris en décembre 2016 et il est à l’origine de la création de la chaire UNESCO « Écoles, éducation et santé ».

 

ifm_dsc5718_web.jpg

Yolande Verlaguet, directrice de l’Enseignement et le Pr Jourdan.

 

 

_dsc5731_web.jpg

L’amphi 200 de l’Université a fait le plein d’auditeurs.