Le plan de santé calédonien Do Kamo

25 août 2017

Do Kamo

Do kamo

Notre système de santé est performant, mais il coûte trop cher. L’enjeu du plan de santé « Do Kamo, être épanoui », porté par le gouvernement, est de le sauvegarder tout en responsabilisant les Calédoniens face à leur capital santé.

Les Assises de la santé organisées en 2015 par le gouvernement ont permis de faire réfléchir l’ensemble des acteurs à des pistes d’amélioration du système de santé. Issu de cette méthode participative inédite, le plan de santé Do Kamo a été adopté à l’unanimité par le Congrès en mars 2016. La première étape de cet outil, qui fixe les grandes orientations stratégiques pour les dix années à venir, a été dédiée à la bonne gouvernance afin de réduire impérativement les dépenses, de repenser les financements et ainsi d’assurer la pérennité du système de santé calédonien (notamment du Ruamm).

Davantage de responsabilisation

Un des axes du plan Do Kamo est d’impulser une politique forte d’éducation et de promotion de la santé auprès de la population. Les mesures envisagées sont par exemple de renforcer le rôle de l’école, en lien avec le projet éducatif, dans la promotion de l’épanouissement du jeune Calédonien ou de mettre en place une stratégie pays pour la prévention des risques professionnels. 

Premières mesures de maîtrise des dépenses de santé en faveur du Ruamm

  • Baisse de 2 % du prix de vente des médicaments (adopté par le gouvernement le 15/09/15) : économie annuelle estimée à 200 millions de francs.
  • Augmentation de 30 % de la taxe sur le tabac : elle apportera une recette annuelle de 3 milliards au Ruamm (adopté par le Congrès le 17/09/15).
  • Renégociation des tarifs avec les hôpitaux étrangers dans le cadre des Evasan : économie estimée à 300 millions (fin 2015).
  • Baisse du coût des actes de biologie médicale : économie annuelle estimée à 110 millions (adopté par le gouvernement le 05/04/16).
  • Projet en cours pour reporter les cotisations des régimes excédentaires vers le Ruamm, sans augmenter les cotisations salariales et patronales : gain de 700 millions.

Liens utiles