Les accueillants familiaux en formation

26 octobre 2017

Société

Les quatorze professionnels bénéficiant de la formation, avec des représentants de l’IFPSS, du CHD et de la Province Sud.

Les quatorze professionnels bénéficiant de la formation, avec des représentants de l’IFPSS, du CHD et de la Province Sud.

La Nouvelle-Calédonie, via le Conseil du handicap et de la dépendance (CHD), finance une formation pour les accueillants familiaux qui a débuté ce 25 octobre à l’Institut de formation des professions sanitaires et sociales. Quatorze professionnels en bénéficient.

Depuis 2010, Émilie et Bernard gèrent une maison d’accueil à La Tamoa, « Lou Paradou », où ils logent quatre personnes âgées et un adulte handicapé. Ils ont entendu parler de cette formation à l’IFPSS par leur interlocuteur à la DPASS. « Un module qui nous permettra de conserver notre agrément. » Ils sont ici « pour nous remettre à niveau, voir ce qu’on peut améliorer, nous confronter et nous sécuriser ».

Depuis le 1er juin 2017, Karolyne accueille chez elle à Logicoop trois personnes âgées. Cette ancienne esthéticienne s’est reconvertie dans un métier qu’elle a toujours voulu faire. « J’attendais simplement d’être suffisamment mûre et que ma fille grandisse. » Alors elle a suivi, via la DPASS, des formations sur Alzheimer et la manutention. De cette nouvelle session, elle espère qu’elle l’enrichira. Avant d’aborder, plus tard, les rives de la schizophrénie.

Ce matin, à Nouville, ils sont au total quatorze professionnels exerçant en province Sud à débuter une formation dispensée par des formateurs de l’IFPSS (cadres de santé, infirmiers, éducateurs spécialisés…). Une première expérience de formation continue sur ce créneau pour l’institut. « Elle doit permettre aux accueillants d’acquérir et d’approfondir les connaissances et les compétences requises pour exercer leur métier, indique Fabienne Federspiel, directrice par intérim de l’IFPSS. Mais, au-delà des apports théoriques, nous souhaitons favoriser le partage d’expériences et développer leurs capacités à analyser leurs pratiques et à prendre conscience de leurs responsabilités ».

Accompagner le développement des pratiques

Longue de 70 heures – 10 journées de 7 heures réparties sur 3 mois –, la formation comporte trois modules : « le métier d'accueillant familial et ses spécificités » (statut, environnement institutionnel, gestion d'entreprise…), « l'accompagnement de la personne accueillie » (connaissance du public, accompagnement quotidien, communication, stimulation...), et «
un accueil sécurisé » (assistance à la personne et gestes élémentaires de secours) dont une grande partie est consacrée au PSC1.

« Ce moment de parenthèse va vous permettre de prendre un peu de recul », annonce aux “stagiaires” Séverine Evain-Bretesché, responsable du CHD. Avant de souligner « la volonté plus générale du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie de favoriser la formation continue auprès des acteurs du secteur, afin d’accompagner le développement des pratiques ».

Ouverte à toute personne ayant fait l’objet d’un agrément délivré par le gouvernement ou les provinces, ou en cours d’agrément, cette formation obligatoire doit être effectuée dans les cinq ans qui suivent le renouvellement de l’habilitation. Elle est organisée en concertation étroite avec la Province Sud, laquelle propose, via la DPASS, des formations facultatives. Le coût s’élève à 117 600 francs par participant. Il est entièrement supporté par le gouvernement, comme ce fut le cas l’an dernier, lors d’une formation précédente pour accueillants familiaux, dispensée par l’Ifap.

32 professionnels pour 138 personnes prises en charge

Un accueillant familial est une personne qui accueille à son domicile, à titre onéreux, des personnes âgées ou des adultes en situation de handicap, dans la limite de cinq personnes. Leur état ne nécessite pas une surveillance médicale ni de soins constants. Elles ne doivent pas être de la même famille, jusqu'au troisième degré inclus. Aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie  compte 32 accueillants familiaux, qui logent 138 personnes. Pour devenir accueillant familial, il faut obtenir un agrément délivré par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, conditionné au suivi d’une formation obligatoire dont le contenu est précisé par le Conseil du handicap et de la dépendance.