Le tatouage, le perçage et le maquillage permanent

Le code de la santé publique applicable en Nouvelle-Calédonie réglemente la mise en œuvre des techniques de tatouage, de maquillage permanent et de perçage. Ces activités doivent notamment être déclarées auprès de la DASS et se conformer à des règles d'hygiène et de salubrité en vue de réduire les risques de contamination.

Afin d’encadrer ces pratiques et de protéger les consommateurs  des risques encourus, la réglementation prévoit :

  • une obligation de déclaration de l’activité auprès de la DASS ;
  • le suivi d’une formation sur l’hygiène d’une durée de 4 h à 21 h, selon les techniques utilisées, auprès de l’un des deux organismes agréés par la DASS ;
  • une réactualisation annuelle des connaissances en hygiène et salubrité;
  • des contrôles d’inspection menés inopinément par des agents de la DASS (vérification des conditions sanitaires et prélèvements).

Les professionnels se doivent également d’informer leurs clients avant qu'ils se soumettent à ces techniques, des risques auxquels ils s'exposent ; et, après la réalisation de ces techniques, des précautions à respecter.

Quels sont les risques ?

Les piercings, tatouages et maquillages permanents impliquent :

  • une effraction cutanée qui peut être douloureuse et à l'origine d'infections dues à des bactéries, des virus (hépatites B et C, VIH) ou des champignons ;
  • des saignements ou des écoulements de liquides biologiques susceptibles de transmettre des infections.

L'infection peut passer de client à client par le biais des instruments s'ils ne sont pas correctement stérilisés, mais aussi de l'opérateur vers le client, et enfin du client vers l'opérateur en cas de piqûre accidentelle.

Bon à savoir

Votre état de santé peut contre-indiquer l'acte envisagé, notamment si :

  • vous souffrez d’épilepsie, d’hémophilie, de diabète, d’insuffisance cardiaque, d’un cancer évolutif ;
  • vous suivez un traitement comprenant des anticoagulants, des corticoïdes, de l’aspirine ou une chimiothérapie ;
  • vous avez des problèmes de peau tels que l’eczéma, le psoriasis, l’acné, l’herpès ou des cicatrices ;
  • vous êtes enceinte et/ou allaitante.

Cette liste n’étant pas exhaustive, il est conseillé d'en discuter préalablement avec le professionnel et votre médecin traitant.

Par ailleurs, la présence d’un tatouage, d’un piercing, d’un maquillage permanent peut constituer une contre-indication à la technique d’imagerie médicale d’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique).

Les mineurs doivent être accompagnés de l’un des parents ou du tuteur légal et remettre au professionnel une autorisation parentale.

 

Tatouage, perçage et maquillage permanent

Quelles sont les précautions de base à respecter après l'acte ?

Vous devez veiller aux règles d'hygiène corporelle. Les soins locaux constituent un facteur important de durée et de qualité de la cicatrisation. L'exposition à certains environnements peut être déconseillée, notamment au soleil et à l’eau de mer ou de piscine. L'application d'une solution antiseptique est recommandée durant les premiers jours après l'acte.

Pour toute interrogation, il est conseillé de prendre contact avec le professionnel qui a réalisé l'acte. En cas de complication, il est important de consulter un médecin.

Quel professionnel choisir ?

(Liste des professionnels à jour de la réglementation en cours de réactualisation)

La deuxième liste propose un classement des établissements selon un code couleur (vert, jaune et rouge) indiquant ceux qui répondent aux règles nécessaires d’hygiène et de salubrité. L’acte de tatouer ou de percer est règlementé ; cette règlementation s’applique à toute personne pratiquant ces activités (« particulier » ou « professionnel »). Toute activité non déclarée est illégale.

Attention, ce code couleur n'exonère pas la vigilance que chacun doit exercer au regard des gestes et mesures prises par le professionnel auquel il fait appel.

Piercings

 

Documents à télécharger