Les autres maladies à déclaration obligatoire

La lèpre

Jusqu’à dix nouveaux cas de lèpre sont recensés chaque année en Nouvelle-Calédonie. C'est une maladie à déclaration obligatoire (MDO) en Nouvelle-Calédonie.

Considérée comme « pas très contagieuse » par l’Organisation mondiale de la santé, la lèpre se transmet par des gouttelettes d’origine buccale ou nasale, lors de contacts étroits et fréquents avec un sujet infecté et non traité.

Le germe de la maladie peut rester en sommeil dans l’organisme de nombreuses années avant de se manifester d’abord par de simples taches blanches ou rouges sur la peau, insensibles au toucher, à la chaleur et à la douleur, qui s’apparentent à une banale dermatose, tel que l’eczéma.

Sans soins appropriés, la lèpre peut entraîner des lésions progressives et permanentes de la peau, des nerfs, des membres et des yeux.

Le traitement de cette maladie associe trois antibiotiques pour une durée de 6 à 24 mois.

La lèpre se manifeste d’abord par des taches blanches ou rouges, insensibles.

La lèpre se manifeste d’abord par des taches blanches ou rouges, insensibles.

 

 

La légionellose

La légionellose est une infection grave des poumons provoquée par des bactéries, les légionnelles. C'est une maladie à déclaration obligatoire (MDO) en Nouvelle-Calédonie.

Naturellement présentes dans les cours d’eau, les lacs et parfois les sols, les légionnelles peuvent proliférer dans les réseaux d’eau chaude sanitaire ou les systèmes de climatisation, provoquant des épidémies ou des cas isolés de légionellose.

La légionellose se contracte en inhalant des microgouttelettes (aérosols) d’eau contaminée par les légionnelles.  La maladie se manifeste au début par une toux importante et une forte fièvre. Elle nécessite un traitement antibiotique, mais elle n’est pas contagieuse entre individus.

Pour prévenir cette maladie au domicile, il est recommandé de :

  • vérifier que la température de l’eau chaude est supérieure ou égale à 50°C ;
  • faire entretenir le système d’eau chaude par un professionnel tous les ans ;
  • nettoyer, détartrer et désinfecter les pommeaux de douche  et les embouts des robinets, au moins une fois par an ;
  • après une absence prolongée, faire  couler l’eau froide et l'eau chaude pendant plusieurs minutes.

 

Légionnelle

 

 

 

La ciguatera

La ciguatera ou « gratte » est une intoxication alimentaire liée à la consommation de poissons contaminés par des toxines appelées ciguatoxines. C'est une maladie à déclaration obligatoire (MDO) en Nouvelle-Calédonie.

Ces toxines proviennent de micro-algues dont se nourrissent les poissons herbivores, eux-mêmes mangés par des poissons carnivores. La toxine se transmet et se concentre ainsi tout au long de la chaîne alimentaire, jusqu’à l’homme.

Ni l’aspect, ni l’odeur, ni le goût ne permettent de distinguer un poisson toxique d’un poisson sain. Cependant, plus ils sont gros, plus ils sont susceptibles de contenir des toxines, augmentant le risque d’intoxication pour l’homme. Le foie et la tête concentrent davantage de toxines que les filets. Cuisson, congélation, fumage et salaison n’éliminent pas la toxine des chairs du poisson.

Il est possible d’avoir la ciguatera à plusieurs reprises, rendant l'empoisonnement de plus en plus grave. Ainsi, la consommation d'un poisson toxique par plusieurs personnes peut ne rende malade qu'une seule d'entre elles.

Les symptômes de la ciguatera se manifestent généralement entre deux et douze heures après avoir mangé le poisson. Les plus courants sont : nausées, vomissements, diarrhées, maux d'estomac ; sensation de picotement ou d'engourdissement autour des lèvres, du nez, des mains, des pieds et en d'autres endroits de la peau ; sensation de brûlure au contact de l'eau froide ; douleurs musculaires et articulaires ; maux de tête, fatigue, sueurs, frissons ; démangeaisons ; ralentissement du pouls à température normale.

Les fortes intoxications, qui sont exceptionnelles, peuvent provoquer des paralysies, le coma et la mort.

En l’absence d’un traitement pour éliminer les toxines, les soins reposent sur la prise de remèdes pour soulager les troubles et les douleurs.

De nombreux remèdes traditionnels sont également utilisés, certains avec succès.

Quelques précautions à prendre pour minimiser le risque

  • Évitez de manger les espèces de poissons localement réputées toxiques (interrogez les pêcheurs) ;
  • consommez de préférence les petits spécimens ;
  • videz correctement les poissons, ne mangez pas les viscères, le foie, la tête et les œufs ;
  • ne vous fiez pas aux méthodes de détection populaires ;
  • après intoxication, évitez de consommer du poisson, des fruits de mer, ainsi que de l'alcool et des noisettes pendant au moins un mois ;

 

Ciguatera

 

 

La tuberculose

La tuberculose est une maladie infectieuse du poumon et de ses membranes. Contagieuse, elle est la conséquence de l'infection par une bactérie : le bacille de Koch. C'est une maladie à déclaration obligatoire (MDO) en Nouvelle-Calédonie.

Le bacille de Koch se transmet par des gouttelettes de salive qui se retrouvent en suspension dans l’air lorsqu’une personne tousse, éternue, etc. Il faut généralement un contact répété ou prolongé avec une personne contagieuse pour contracter l’infection.

Les symptômes de la tuberculose sont généralement : manque d'appétit, amaigrissement, toux depuis plus de 15 jours, présence de sang dans les crachats, sueurs nocturnes et fatigue constante. 

L’infection peut être latente (primo-infection tuberculeuse latente) et présenter aucun signe clinique ou radiologique.

Un traitement par antibiotiques permet d’en guérir.

La tuberculose

 

 

 

Liens utiles