La dengue, le chikungunya et le zika

La dengue, le chikungunya et le zika constituent les principales arboviroses qui circulent sur le territoire. Les arboviroses  sont des maladies à déclaration obligatoire (MDO) en Nouvelle-Calédonie. Dans le cadre de ses missions, la DASS mène des programmes d’action spécifiques visant notamment à surveiller ces maladies, à déclencher des alertes en cas d’épidémie, à sensibiliser la population, etc.

 

Les arboviroses qui circulent en Nouvelle-Calédonie sont transmises par le moustique Aedes aegypti dont les larves se développent dans de l’eau stagnante claire

Les arboviroses qui circulent en Nouvelle-Calédonie sont transmises par le moustique Aedes aegypti dont les larves se développent dans de l’eau stagnante claire.

ALERTE EPIDEMIE DE DENGUE

Situation du 01/01/2019 au 12/02/2019

Une nouvelle épidémie de dengue de type DENV-2 a été déclarée le 21 décembre 2018.

Depuis le 1er janvier 2019, ont été enregistrés:

  • 635 cas de dengue.
  • Principalement de la dengue de type 2 (100% des 154 cas typés).
  • 48 cas de dengue hospitalisés en 2019.
  • 1 décès enregistré le 6 février 2019.

 

 

 

 

 

Tableau: Cas de dengue par quartier à Dumbéa et au Mont-Dore du 01/01/2019 au 11/02/2019.

 

Carte : Cas de dengue géolocalisés à Nouméa, Dumbéa et au Mont-Dore du 1er janvier 2019 au 11 février 2019.

Carte des cas de dengue géolocalisés à Nouméa, Dumbéa et au Mont-Dore au 11/02/2019.

 

Carte : Taux d'incidence des cas de dengue par commune pour 1 000 habitants, du 01/01/2019 au 11/02/2019.

Carte : Taux d'incidence des cas de dengue pour 1 000 habitants (du 01/01/2019 au 11/02/2019)

 

 

 

 

Chiffres de l'année 2018

L'année 2018 s'est clôturée avec:

  • 2 087 cas de dengue enregistrés depuis le 1er janvier 2018.
  • Principalement de la dengue de type 2 (86% des cas typés) - DENV-2: 1 188 cas - DENV-1: 183 cas - DENV-3: 2 cas - DENV-4: 2 cas.
  • 203 cas de dengue hospitalisés.
  • 2 décès enregistrés les 15/03/2018 et 22/05/2018.

L’épidémie de Dengue : les gestes à adopter

Il est demandé à la population d’effectuer les gestes suivants :

  • détruire les gîtes larvaires en éliminant tout ce qui peut recueillir de l’eau de pluie, d’arrosage, de stockage (récipients, encombrants, gouttières…) à l’intérieur et aux abords des habitations,
  • se protéger des piqûres de moustique,
  • détruire les moustiques adultes,
  • éviter les déplacements et se protéger des piqûres de moustique en cas de maladie, pour ne pas propager le virus,
  • consulter un médecin dès l’apparition des signes.
La dengue

À propos de la maladie

Il s'agit d'une affection virale transmise à l’homme par l'intermédiaire du moustique Aedes aegypti qui pond ses œufs dans les eaux propres (boîtes vides, sous-pots...). Cet arbovirus possède quatre sérotypes, sans immunité croisée, mais procurant une immunité définitive pour chacun des sérotypes. La ré-infestation par un autre sérotype risque d'induire une maladie plus grave.

Les symptômes les plus fréquents sont : fièvre élevée (39 à 41°C), frissons, maux de tête, douleurs (yeux, membres, articulations), etc. Nausées et fatigue peuvent aussi apparaître, ainsi qu’une éruption cutanée (plaques rouges et démangeaisons) sur le tronc et les membres.

Les formes mortelles sont dues à une hémorragie intestinale ou cérébrale, ou à une défaillance circulatoire.

Le traitement repose essentiellement sur la prise de paracétamol afin de soulager les douleurs.

 

Traitement paracétamol

 

 

Epidémies précédentes :

 

Evolution des cas de dengue

 

Mesures de lutte et documents d'information

En l’absence de vaccin, la prévention de l'infection repose sur la lutte contre les moustiques et leurs piqûres par l’élimination des œufs et des larves (qui affectionnent l’eau stagnante et claire des sous-pots, vases, seaux, etc.) et l’utilisation de moyens de protection individuelle : sprays répulsifs cutanés, diffuseurs électriques, serpentins, vêtements longs, moustiquaires, etc.

Ces principes s'appliquent également aux personnes déjà infectées pour éviter l'infection de nouveaux moustiques. De même, il est déconseillé aux personnes malades de voyager pour éviter de propager la maladie à de nouvelles zones géographiques.

Mesures de lutte

 

Le chikungunya

À propos de la maladie

Le virus Chikungunya (qui signifie en swahili "marcher courbé", en raison des fortes douleurs articulaires qu'il provoque) est un arbovirus transmis à l’homme par un moustique du genre Aedes. Il circule surtout en Afrique de l'Est, en Asie du Sud-est et dans le sous-continent indien.

Environ 4 à 7 jours après la piqûre de moustique infectante, une fièvre élevée apparaît brutalement. S’y associent alors typiquement d’importantes douleurs articulaires et musculaires touchant les extrémités des membres (poignets, chevilles, phalanges), des œdèmes, des céphalées et, parfois, une éruption cutanée. Des hémorragies bénignes peuvent survenir, surtout chez les enfants.

L’évolution spontanée de la maladie est le plus souvent favorable. Des formes chroniques existent cependant, caractérisées par des douleurs articulaires persistantes, récidivantes et parfois invalidantes.

La prise en charge thérapeutique repose essentiellement sur la prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens afin de soulager les douleurs.

Prescription d'anti-inflammatoires

 

 

Chiffres

Situation au 29 novembre 2017

Aucun cas confirmé de chikungunya en 2017

Graph des cas au 29 novembre 2017

Mesures de lutte et documents d'information

En l’absence de vaccin, la prévention de l'infection repose sur la lutte contre les moustiques et leurs piqûres par l’élimination des œufs et des larves (qui affectionnent l’eau stagnante et claire des sous-pots, vases, seaux, etc.) et l’utilisation de moyens de protection individuelle : sprays répulsifs cutanés, diffuseurs électriques, serpentins, vêtements longs, moustiquaires, etc.

Ces principes s'appliquent également aux personnes déjà infectées pour éviter l'infection de nouveaux moustiques. De même, il est déconseillé aux personnes malades de voyager pour éviter de propager la maladie à de nouvelles zones géographiques.

 

Spot Moustiques dengue et chikungunya

 

Le zika

À propos de la maladie

Il s'agit d'une affection virale transmise à l’homme par l'intermédiaire du moustique Aedes aegypti qui pond ses œufs dans les eaux propres (boîtes vides, sous-pots...). Cet arbovirus circule dans les régions tropicales d'Asie et d'Afrique.

Les symptômes les plus fréquents sont : éruption cutanée, fièvre modérée, maux de tête, douleurs articulaires, irritation des yeux, troubles digestifs, etc.

Le traitement repose essentiellement sur la prise de paracétamol afin de soulager les douleurs.

 

Zika

 

Mesures de lutte et documents d'information

En l’absence de vaccin, la prévention de l'infection repose sur la lutte contre les moustiques et leurs piqûres par l’élimination des œufs et des larves (qui affectionnent l’eau stagnante et claire des sous-pots, vases, seaux, etc.) et l’utilisation de moyens de protection individuelle : sprays répulsifs cutanés, diffuseurs électriques, serpentins, vêtements longs, moustiquaires, etc.

Ces principes s'appliquent également aux personnes déjà infectées pour éviter l'infection de nouveaux moustiques. De même, il est déconseillé aux personnes malades de voyager pour éviter de propager la maladie à de nouvelles zones géographiques.

Chiffres

Situation au 29 novembre 2017

38 cas de zika depuis le 1er janvier 2017

Graph des cas de zika au 29 novembre 2017

 

 

Sur le même sujet

Documents à télécharger